Take your broken heart

Alors j’ai commencé à écrire.

Dit comme ça, ça manque de contexte. Mais un jour, un prof d’écriture d’invention a dit «  si vous avez du mal avec le premier mot, commencez par le deuxième ». C’était sûrement une citation de quelqu’un d’autre mais comme je suis meilleure pour me souvenir des choses que les gens disent que de leur nom, c’est ça qui m’a marquée.

Oui parce que ça existe, les cours d’écriture d’invention. Un mec avec un chapeau et une écharpe venait nous faire créer un blog, écrire sur des musiques ou sur des trucs qu’on voyait dans la rue et à la fin il notait. Je crois qu’il ne m’aimait pas trop parce que je faisais trop de petites blagues.

« c’est facile l’humour » disait-il. J’avais envie de lui demander de quoi il se mêlait, ce vieux cul. Mais l’insulte était encore plus facile. Et puis c’est bien connu, les messieurs avec un petit chapeau, une écharpe et un air mystérieux ont toujours raison.

En vrai, il avait raison. L’humour c’est toujours plus facile parce que c’est le plus tentant. C’est la plus jolie et la plus charmante des façons d’affronter la vie. Je préfère me dire que demain sera beau et rire de mon malheur plutôt que de me draper dans un seum tout aussi confortable.

Bref, si j’ai commencé à écrire, c’est pas pour le mec à chapeau. C’est parce que je me suis souvenue d’une autre citation cool. J’adore les citations, j’aime pas forcément les ressortir parce que autrement, j’ai toujours l’impression d’être un mec à chapeau. Mais c’est quand même génial de se dire qu’un jour, un péquin à l’autre bout du monde prononce deux ou trois mots et qu’un autre s’en inspire pour sa vie. Carrément.

Moi je repensais à Meryl Streep, à son discours aux Golden Globes après l’élection de Donald Trump. Meryl Streep qui citait d’ailleurs une autre meuf, Carrie Fisher : « Take your broken heart, make it into art ». En français ça donne « prends ton cœur brisé, fais-en de l’art » mais faut avouer que ça a quand même moins de gueule quand ça rime pas.

La finalité est la même : prendre quelque chose de douloureux en toi, et en faire un truc joli.

Le drame de ma vie, c’est que je dessine pas très bien. Je ne sais pas non plus faire de la musique, ou plutôt, j’ai la flemme de reprendre. Je ne suis pas l’avenir de la chanson française et on ne m’a pas encore proposé le prochain film à Oscars parce que je n’oserai jamais faire de casting de ma vie.

Non, écrire, c’est vraiment ce qui est le plus naturel. Pour moi. Je n’ai qu’à choper mon ordi, taper ce qui me vient. Tout ce qui déborde, tout ce qui fait un peu mal, tout ce que j’ai envie de raconter. Tout ce qui fait que je peux pas dormir : la thune, l’amour, le travail, la fin de « Elle et Lui », les paroles de « This is your song ».

Je veux tout noter, tout garder pour relire plus tard. Pour quand j’aurai réparé mon cœur brisé, pour quand j’aurai mis de l’ordre à ma vie.

Pour quand je serai reconnaissante envers la moi de maintenant, d’avoir tout chamboulé pour recommencer sur les bonnes bases.

Alors je me suis mise à écrire.



wallpaper-1019588
Tarte sablée aux fruits d'automne
wallpaper-1019588
Un week-end prolongé à Barcelone
wallpaper-1019588
Crème caramel
wallpaper-1019588
Mayonnaise