Viens, on chante on l’aimera moins

Je sais que je fais plus trop de videos en ce moment, j’écris pas non plus en fait. J’ai mille trucs sur le feu, mille projets en cours mais je veux rien publier ou dire tout connement parce que j’ai besoin de me reposer.

En ce moment j’ai l’impression de guérir d’un gros truc. Alors comme avec toutes les convalescences, je suis épuisée. C’est pas juste 2017 qui a été compliquée, c’est les 15 dernières années. Tout se passe pour une raison, je regrette généralement rien à part peut-être quand je me dis « pas besoin de mettre un gilet » et qu’en fait je me pèle. J’ai toujours eu un réflexe d’aller vite de l’avant et de juste voir le bon côté de tout sans vraiment prendre le temps de m’arrêter pour régler les problèmes.

C’est bien con parce que t’avances comme si de rien n’était et sans prévenir, tu tombes amoureuse. Un mec mais rien à voir avec le passé. Rien à voir avec la France, rien à voir avec mes potes, rien à voir avec les boloss. Un CADOR.

Ce mec, il se passera jamais rien avec lui pour tout un tas de raison et en fait c’est même pas ça l’important. Ce mec, soudain, il te fait réaliser qu’objectivement, c’est le meilleur que t’ai rencontré de ta vie. Y a pas un seul red flag, il te kiffe pour toi, il te fait jamais sentir comme une merde, tu sais direct qu’il te fera pas de mal. Oui comme ça instantanément.

Il te fait rire, il te retourne le bide et même si tu sais que personne n’est parfait, lui, il est quand vachement moins imparfait que le reste des gens.

Alors tu t’en rends compte, d’un coup. De toute la merde que tu t’es tapée, des fois où tu t’es contentée de rien parce que tu pensais pas mériter ne serait-ce que la décence. Elles te défoncent la gueule, toutes les fois où t’as dit « il m’a parlé comme à une merde toute la semaine mais promis un jour il m’a dit un truc sympa alors eh, il fait des efforts hein ».

Les crises d’angoisse, le seum, les excuses d’être soi-même. T’es en face de ce mec qui est pas du genre à attendre que tu l’ignore pour s’intéresser à toi, du genre à se foutre de ton consentement, du genre à te prendre pour une meuf sur le côté bien mignonne pour un flirt ou une petite porte de sortie pratique de ton couple. Oui parce que ce mec, il a un minimum de considération pour toi. Il se donne pas l’étiquette de chevalier blanc ou de sauveur, c’est juste une personne bien.

Tu réalises que tout ça remonte à ailleurs, un autre truc que t’as déjà commencé à guérir mais qui prend du temps. Tout fait sens d’un coup, les pièces du puzzle se réassemblent et déjà le résultat commence à te plaire.

C’est comme un bras cassé que tu te remets en place, le truc qui défonce un bref instant mais remet tout en place. Je suis encore dans mon platre à attendre que tout aille mieux, que mes stress de thunes s’apaisent et me laissent la capacité émotionnelle de mettre de l’ordre à tout ça.

Je vais refaire des vidéos, vous parler de mes amies un peu parce que c’est elles qui constituent le platre autour du bras anciennement cassé qu’est ma vie. Pas la peine de me dire « courage ma tite margo 😉  » ça va en fait le courage j’ai déjà et j’en ai plus trop besoin pour l’instant, je veux juste prendre le temps d’être égoiste en ce moment parce que ça me réussit.

C’est LENT de tout reconstruire mais ça vaut vraiment le coup quand tu commences à entrevoir à quoi ressemblera le truc final.

Bref voilà, en ce moment je fais pas de vidéos.


wallpaper-1019588
Tarte sablée aux fruits d'automne
wallpaper-1019588
Un week-end prolongé à Barcelone
wallpaper-1019588
Crème caramel
wallpaper-1019588
Mayonnaise